Jeu, Nov 23, 2017
nuovo-centro-small

Du yoga à l’aplomb

1976 était passée avec l'exposition que le Pr.Yves Coppens alors Directeur au Musée de l’Homme y avait organisée sur ‘Les Origines de l'Homme’ ; je suis restée en arrêt devant le fameux tableau comparatif entre les simiens actuels et les homo actuels et la phrase qui, tout en bas du tableau, allait m'ouvrir de tels horizons : "le calcanéum s'épaissit, désormais il recevra tout le poids..." C’est ce qu’Iyengar avait tenté de me faire sentir, mais je n’avais rien compris. Immédiatement, je mis le poids aux talons en creusant mes aines et en reculant le bassin comme pour m’asseoir et je sentis toutes les tensions s'évanouir dans mon dos. En ce temps-là j’étais déjà relaxée, tandis que maintenant, quand on demande à quelqu’un de mettre le poids aux talons, il se recule tout entier comme une planche sans plus sentir l’articulation des hanches et crée ainsi des tensions (freins contre la chute en arrière) dans les trois articulations des jambes.

Et me voici arrivée à la base de mes recherches avec ceux qui portent leur charge sur la tête. Je suis partie au Burkina Faso l’été 1981, y suis retournée à Noël, et en ai ramené ‘ma’ Kouka pour qu’elle puisse faire ses études. Son père avait été tellement gentil avec moi, il m’avait tellement facilité les recherches, que je voulais le remercier en en faisant autant pour elle ! C’est là que j’ai commencé à comprendre l’importance de la cambrure.

du-yoga-a-aplomb-4