Sam, May 27, 2017
nuovo-centro-small

Un paysan

 

Et voici que les paysans de chez nous, et tout particulièrement ‘mon’ Miguel et Roger Rieu m’apportent le même témoignage ‘animal’ : on se penche, on s’incline de ce que nous appelons les hanches c’est-à- dire de cette fameuse articulation du tronc sur les jambes ; mais on ne se ‘courbe’ pas, on ne défait pas la cambrure que la nature a mis si longtemps à installer en nous pour que notre bipédie soit confortable, aisée, fluide, limpide ! Et, évidemment, ces gens qui suivent l’instinct de leur nature et les coutumes que les générations qui les ont éduqués leur ont inculquées n’ont jamais mal au dos ; ils ne se plaignent jamais des ‘reins’ ! Cher Roger, Il venait tout gentiment confirmer tout ce que Miguel cherchait à rééduquer en moi : "on se penche, on ne se courbe pas. " Quand je pense qu’il y a à Paris-même un grand nombre d’enfants de 8 à 10 ans qui ont déjà perdu la sensation des articulations coxo-fémorale, qui ne savent pas que pour s’asseoir ou pour se baisser, ce sont elles qui doivent s’articuler ! Ils ne sentent déjà plus. Et Roger d’insister : "on sent… le corps sent ! "

Et puis, une dernière indication avant de se quitter : il y avait aussi le bois qu’il fallait ramener à la maison : "Le bois, c’était des troncs de 3 ou 4 mètres de long. On les posait sur l’épaule droite, par exemple. De la main gauche, on passait derrière le dos un bois au-dessus de l’épaule gauche qui passait sous les troncs, pour alléger le poids sur l’autre épaule. On se mettait, bien sûr, un sac plié sur l’épaule avant d’y mettre les troncs. " Et tant il mimait bien le travail qu’on le voyait, avec la charge sur une épaule et un bâton sur l’autre passant dessous comme me le montrera, bien plus tard, Carvalho, le voisin de Miguel . 

un-paysan-4un-paysan-5

Avec le monde des paysans, nous pourrions dire ce qu’écrivait André Guibaut pour le Tibet : "Nous sommes au bout du monde, du nôtre, au commencement d’un autre monde" Avec les paysans, nous sommes de nouveau au commencement du monde, de l’avant…Si seulement cela pouvait être une prédiction vraie !